Abréviations inclusives : oui, mais comment ?

Nantes, le 30 mars 2017.

Ce n’est plus à prouver : notre société actuelle (et encore plus nos métiers informatiques ?) défavorise les femmes. Le féminisme est un combat pour établir un équilibre plus juste, et ce combat passe entre autres par une prise de conscience de l’hégémonie masculine.

C’est dans ce but que de nombreux écrits tentent de donner une meilleur visibilité au genre féminin en tentant de réinventer la langue. Les usages n’étant pas encore clairement définis, j’ai tenté dans ce tableau de lister avantages et inconvénients des différentes techniques, en cherchant à être le plus exhaustif possible.

Mes préférences personnelles tendent vers :

  • la reformulation, de part son côté immédiatement applicable et transparent ;
  • l’utilisation du point milieu, qui à l’avantage de n’avoir actuellement aucun autre sens typographique et de rester assez discret ;
  • un enrichissement de la langue à terme.

Pour ceux qui seraient convaincus par le point milieu, il peut être obtenu ainsi :

  • Sur Mac, le point milieu se trouve avec alt + shift + f.
  • Sur Windows, il faut maintenir alt, taper 0183, puis relâcher alt.
  • Il n’est pas possible à ma connaissance de l’obtenir sur mobile (sans un copier/coller).
  • Amis et amies sous Linux, les commentaires sont pour vous.

Vincent.

33 commentaires.

Laisser un commentaire